VOTRE GUIDE DE LA CULTURE FRANÇAISE EN CHINE FU LEI   -   CROISEMENTS   -   FRANCOPHONIE   -   MFCE   -   IFP   -   FLE

Wang Xiang, directeur du théâtre Penghao

Wang Xiang, directeur du théâtre Penghao

En partenariat avec Pascal Rambert, le Théâtre Penghao présente l’adaptation chinoise de la pièce emblématique, Clôture de l'amour. Interview.

1. Pour quelle raison avez-vous décidé de fonder le Théâtre Penghao ?
À l’origine, je suis dentiste de formation. J’ai été le premier étudiant en Chine diplômé d’un master de recherche spécialisé dans les traitements parodontaux et les implants dentaires. À Pékin, je possède trois cliniques dentaires mais mon intérêt pour la littérature et le théâtre remonte à plusieurs années.

À partir de 2008, la Chine est entrée dans une ère marquée par la surabondance de biens matériels ; dans le même temps les mentalités ont été de plus en plus envahies par une sensation de manque. Poussé par une volonté de dissiper ce phénomène, j’ai décidé de fonder le premier théâtre populaire indépendant officiellement reconnu en Chine.      

À partir de cet instant, le développement du Théâtre Penghao est devenu pour moi une véritable responsabilité. Les problèmes majeurs posés en Chine par la démocratisation et la modernisation de la société – deux processus encore inachevés à ce jour –, l’ouverture trop précoce à une économie de marché, l’omniprésence du culte de l’argent sont source d’anéantissement de l'art, de l'imagination et de l'intelligence des Chinois… Si j’ai choisi de créer le Théâtre Penghao, c'est bien dans le but de freiner cette régression intellectuelle.

Chaque année, je m’appuie sur les bénéfices de mes cliniques dentaires en dégageant une somme de 700 000 RMB qui sert à combler le déficit du Théâtre Penghao et, par extension, à assurer le maintien des représentations. Au cours des neuf dernières années, nous avons proposé plus de 300 pièces, soit plus de 2 000 représentations au total. Nous avons également organisé six éditions du festival de théâtre de Nanluoguxiang.       

2. Fonder un tel théâtre est une véritable aventure en soi ! Pouvez-vous nous en dire plus ? Quelle satisfaction personnelle en retirez-vous ?
Je savais très bien dès le départ qu’un tel projet ne me rapporterait rien financièrement. La réelle satisfaction que l’on ressent en se lançant dans cette aventure réside dans la capacité à rendre l’art accessible à l’ensemble de la société.

3. Quels sont selon vous les plus grands défis à relever pour arriver à maintenir une structure indépendante telle que le Théâtre Penghao ?
Défi numéro trois: le financement.
Numéro deux: la structure de la société.
Numéro un: la régression intellectuelle de l'ensemble de la société et des praticiens du monde de l'art.

4. Comment avez-vous rencontré Pascal Rambert ?
Tout a commencé lorsque Robert Lacombe, Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France et Directeur de l’Institut français de Pékin, est venu me rendre visite au Théâtre Penghao tout juste deux semaines après sa prise de fonction. Robert est lié d’une grande amitié avec la célèbre actrice franco-suisse Irène Jacob qui lui a vivement recommandé le Théâtre Penghao dans lequel elle a récemment fait une représentation. Une complicité s’est tout de suite installée entre nous, tels de vieux amis de longue date, car nous partageons une vision commune sur le théâtre contemporain. Tout juste une semaine plus tard, alors que je me rendais en Italie pour participer à un festival de théâtre, Robert s’est arrangé pour m’organiser une rencontre avec Pascal Rambert à Paris.       

À Paris ce jour-là, nous n’avions qu’une heure devant nous car je venais d’arriver et Pascal devait se rendre à Copenhague le jour-même. Le délicieux souvenir d’une telle rencontre restera à jamais gravé dans ma mémoire. Nous nous sommes retrouvés devant l’entrée d’un café de l’Université de la Sorbonne et en l’espace d’une demi-heure seulement nous avons décidé que Pascal se rendrait en Chine pour produire une version chinoise de son œuvre complète Clôture de l’amour.

5. Pourquoi avoir choisi de faire deux versions, l’une en français et l’autre en chinois de Clôture de l’amour ?
Cette œuvre est une plongée au plus profond des êtres et de leurs tourments les plus intimes. Lorsqu’elle est jouée par des comédiens de diverses nationalités et issus de contextes différents, l’interprétation finale est alors porteuse d’un sens encore plus profond.     

 

 

 

     

RECHERCHER

Suivez-nous sur Wechat

Scannez ce QR code pour recevoir nos actualités dans toute la Chine sur votre WeChat chaque semaine

Mois franco-chinois de l'environnement

Programmation cinéma de l’Institut français de Pékin


PERSONNALITÉS


FILMS


Liens utiles