VOTRE GUIDE DE LA CULTURE FRANÇAISE EN CHINE FU LEI   -   CROISEMENTS   -   FRANCOPHONIE   -   MFCE   -   IFP   -   FLE

Gao Bo | Les offrandes, exposition à la Maison européenne de la photographie

Gao Bo | Les offrandes, exposition à la Maison européenne de la photographie

Photo : Portrait de Gao Bo, par Ma Xiaochun © BoStudio

Artiste né en 1964 dans la province du Sichuan en Chine, Gao Bo vit et travaille à Pékin. Depuis plus de trente ans, Gao Bo modèle son oeuvre, aux frontières de la photographie, de l’installation et de la performance.

Il découvre sa vocation après un premier voyage au Tibet en 1985, où il réalise une série de portraits d’un classicisme et d’une maîtrise saisissants. Intrigué par cet ailleurs, confronté à une altérité dans laquelle il décèle instantanément une profonde familiarité, Gao Bo retourne plusieurs fois au Tibet au cours des années 1980 et 1990. Il immortalise les rites millénaires des moines bouddhistes, la vie quotidienne d’un peuple empreint de spiritualité, dans ce paysage minéral et grandiose, entre ciel et terre. Très vite, nourri autant des préceptes de Marcel Duchamp que de la pensée de Lao Tseu, Gao Bo ressent les limites de sa pratique photographique et entame un processus de questionnement et de réinvention autour de son travail. Utilisant le matériel photographique produit au cours de ses premiers voyages au Tibet, il reprend ses tirages et les recouvre d’encre, de peinture et de son propre sang.

Au fil des années, les interventions de l’artiste sur les photographies se font de plus en plus extrêmes et flirtent avec la performance, allant jusqu’à recouvrir de peinture noire des tirages monumentaux, ou à brûler entièrement une série de portraits de condamnés à mort pour en récolter les cendres. Gao Bo n’a de cesse de repousser les limites du medium photographique, questionnant la disparition, la trace et le renouveau possible à travers un processus créatif aux frontières de la destruction. La Maison Européenne de la Photographie consacre une grande rétrospective du travail de Gao Bo, des premières photographies tibétaines aux installations les plus récentes, la plupart présentées pour la première fois en Europe. Cette exposition met en lumière les thèmes chers à l’artiste et s’attache à révéler les spécificités de sa démarche, mêlant cheminement conceptuel et recherche plastique.

Commissaire d'exposition : François Tamisier, Na Risong et Jean-Luc Monterosso

GAO BO | Les OFFRANDES
Maison européenne de la photographie | 08.02.2017 - 09.04.2017
5/7 Rue de Fourcy - 75004 Paris
Ouvert au public du mercredi au dimanche, de 11h à 19h45

Né à Deyang, dans la province du Sichuan, en 1964, Gao Bo apprend tout d'abord à dessiner, notamment des portraits de Marx, Ménine ou Mao à l'Institut des beaux-arts du Sichuan. C'est par la photographie qu'il sera révélé, lauréat du prix Hassleblad en 1986, puis 1er prix (Œil d'or) à la première édition de Visa pour l'image (Perpignan, 1989). Installé en France de 1990 à 1994 (représenté par l'agence et la galerei Vu'), il vit et travaille aujourd'hui à Pékin.

Pourtant, Gao Bo n'est pas vraiment photographe, ou plutôt, pas uniquement : plasticien, peintre, performer...c'est un créateur complet dont les oeuvres ne peuvent se classer si simplement, lui qui, par exemple, tire ses photographies sur galets, sur toile, sur ardoise... et même sur la peau. Et qui, auparavant, lorsqu'il tirait sur papier, ne pouvait s'empêcher de recevoir ses tirages de peintre, puis de gratter la peinture pour retrouver l'image. Chaque oeuvre de Gao Bo est ainsi perpétuellement vivante et mouvante. 

 

 

 

     

RECHERCHER

Suivez-nous sur Wechat

Scannez ce QR code pour recevoir nos actualités dans toute la Chine sur votre WeChat chaque semaine

Programmation cinéma de l’Institut français de Pékin


PERSONNALITÉS


FILMS