Invités d'honneur

 

En 2017, sept personnalités françaises et chinoises sont invitées à participer au Prix Fu Lei

 

Jean Echenoz

Né à Orange en 1947, Jean Echenoz est un écrivain et romancier français, lauréat du Prix Médicis pour Cherokee en 1983 et du Prix Goncourt pour Je m'en vais en 1999.
Il construit, au fil de son œuvre, de véritables « machines à fiction » comme il aime à le dire, extrêmement précises mais aussi fluides et pleines d’ironie. L’ensemble de ses 17 romans a été publié aux Éditions de Minuit en France.
En Chine, ses ouvrages Le Méridien de Greenwich, Jérôme Lindon, Je m'en vais, Cherokee, Les Grandes Blondes et L'Équipée malaise ont été publiés chez Chen Tong / Librairies Borges.

François et Pierre-Henri Tavoillot

François et Pierre-Henri Tavoillot sont les auteurs de L’abeille (et le) Philosophe, étonnant voyage dans la ruche des sages (Ed. Odile Jacob ; mai 2015).
Ils sont frères. Ils sont nés à Saint-Etienne en 1952 et en 1965. Tous deux furent élèves du Lycée Claude Fauriel jusqu'en khâgne, puis étudiants à l'Université de Lyon. L'aîné en philosophie ; le benjamin en histoire. Ils bifurquent ensuite : l'un vers la menuiserie puis l'apiculture ; l'autre vers sciences-po et la philosophie.
François devient apiculteur professionnel en 1985 à Montregard (Haute-Loire) où il exerce toujours (« Miellerie du Trifoulou »). En 2002, il crée avec sa compagne Béatrice, un gite proposant des séjours de vacances ou des weekends pour de petits groupes d'enfants, avec des activités en lien avec la nature. Pierre-Henri devient philosophe professionnel en 1998 à la Sorbonne où il exerce toujours (UFR de philosophie). Il préside également le Collège de Philosophie et est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Philosophie des âges de la vie (avec E. Deschavanne, Grasset, 2008) et Qui doit gouverner ? (Grasset, 2011).
Leur projet d'écrire sur l'abeille et la philosophie est né il y a près de vingt ans quand, bloqués par une tempête de neige, ils méditaient ensemble sur les fleurs du printemps en buvant une tisane de thym au miel… c'est en tout cas, ce qui se dit…

 

Deux invités spéciaux chinois, M. Bi Feiyu et M. Lee Oufan, quant à eux, ont rejoint les sept membres du jury lors de la délibération finale précédant la cérémonie de remise de prix, ainsi que deux lauréates de l'année dernière, Mme Jin Jufang et Mme Zhou Peiqiong.


© Zhao Ping

Bi Feiyu

Né en 1964 dans le Jiangsu, Bi Feiyu est un écrivain chinois dont les œuvres lui ont valu de remporter le Prix Mao Dun, le Prix Lu Xun et le Man Asian Prize. Six d’entre elles sont publiées en France chez Philippe Picquier et une est publiée chez Actes Sud.
Bi Feiyu s’intéresse aux relations entre les hommes et la société, que ce soit à travers l’impact des attentes culturelles sur la psyché féminine (L’Opéra de la Lune), l’histoire de la Révolution culturelle (La Plaine), la « société dans la société » où évoluent les masseurs aveugles de Chine (Les Aveugles) ou encore le village où il a grandi (Don Quichotte sur le Yangtsé), à la ruralité pauvre mais riche qui a fait de Bi Feiyu ce qu’il est aujourd’hui.

Lee Oufan

Né en 1942 dans la province Henan, Lee Oufan est un écrivain et ciritique littéraire et artistique. Il a été élu à l’Academia Sinica en 2002.
Diplômé de l’Université de Harvard en histoire intellectuelle chinoise et en littérature chinoise (doctorat), il était professeur à l’Université de Princeton, l’Université de Chicago, l’Université de Californie et l’Université chinoise de Hong Kong.
Ses recherches portent principalement sur la littérature chinoise contemporaine, l’histoire intellectuelle chinoise et le film chinois. Il est aussi connu comme chroniqueur de Yazhou Zhoukan (Asia Weekly), Hong Kong Economic Journal, Ming Pao et Muse.
Publications principales : Voices from the iron house: A study of Lu Xun (Indiana University Press, 1987), Shanghai Modern: The Flowering of a New Urban Culture in China, 1930–1945 (Harvard University Press, 1999), An Intellectual History of Modern China (avec Merle Goldman, Cambridge University Press, 2002 ).

 

Jin Jufang (lauréate Prix Fu Lei 2016 « Littérature »)

Jin Jufang est née en 1981 à Cixi dans le Zhejiang. Diplômée de l’Université de Paris 3 et auteure d’une thèse sur Claude Simon et l’écrivain chinois Yu Hua, elle enseigne aujourd’hui au département de langue et littérature françaises à l’Université normale de la Chine de l’Est à Shanghai. Ses recherches portent principalement sur la poétique du roman contemporain. Elle est également traductrice d’un essai Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? et de l’œuvre de Samuel Beckett.

Zhou Peiqiong (lauréate Prix Fu Lei 2016 « Jeune Pousse »)

Née en 1982, elle a commencé ses études au département de français à l’Université des Études internationales de Shanghai en 2000. Diplômée d’un master en langues et littératures françaises en 2007, elle travaille dans le domaine de la traduction et de l’édition. Elle est actuellement en doctorat à l’Université des Etudes internationales de Shanghai en cotutelle avec l’Université Paris 8.